Il existe différents motifs conduisant à l’augmentation de la prime d’assurance auto. L’assuré confronté à une augmentation substantielle du montant de sa cotisation annuelle peut avoir intérêt à résilier son contrat. De récentes modifications législatives sont venues simplifier les démarches de résiliation. En faisant jouer la concurrence, il est ainsi possible de souscrire une assurance à un tarif plus avantageux auprès d’une autre compagnie d’assurance.

Les motifs d’augmentation de la prime d’assurance auto

L’augmentation du tarif de la prime peut être justifiée par des raisons liées à l’assuré. Elle découle généralement d’un changement de situation entraînant aux yeux de son assureur une aggravation du risque à couvrir.

Modification du profil du conducteur, succession de sinistres conduisant à une aggravation de son malus ou changement de lieu de stationnement sont autant de raisons qui peuvent conduire l’assureur à pratiquer un tarif plus élevé.

L’augmentation de la prime d’assurance peut également découler d’une décision générale liée à la politique tarifaire et commerciale d’une compagnie d’assurance l’incitant à augmenter l’ensemble de ses tarifs pour tous ses assurés.

› En savoir plus : Simulation d’assurance auto : comment est estimé le prix de votre cotisation ?

Résilier une assurance auto, c’est plus facile

Les récentes modifications législatives intervenues dans le cadre de la loi Consommation, ou loi Hamon, viennent assouplir le processus de résiliation pour l’assuré. À l’issue de la première année de contrat, tout assuré est désormais en droit de résilier son contrat d’assurance auto sans motif et sans frais.

L’article L113-12 du Code des assurances indique ainsi qu’à l’expiration d’un délai d’un an, il suffit à l’assuré d’envoyer une lettre recommandée à son assureur. Aucun frais, ni aucune justification n’est nécessaire pour demander à ce que votre contrat prenne fin. La résiliation est effective un mois après la réception du courrier et l’assureur dispose, si nécessaire, de 30 jours pour vous rembourser des mois restants non utilisés.

Comment se réassurer au mieux ?

Le défaut d’assurance est un délit sévèrement puni. Depuis le début de l’année 2019, l’assurance auto est contrôlée automatiquement par vidéo-verbalisation grâce au partage du Fichier des Véhicules Assurés avec les forces de l’ordre.

Pour prendre le volant sans risque et sans s’exposer à des sanctions pouvant aller jusqu’à 3750€ d’amende et l’immobilisation du véhicule, l’assuré aura veillé à retrouver un contrat plus compétitif auprès d’un nouvel assureur, « avant » de signifier sa résiliation.

Dès lors, c’est généralement la nouvelle compagnie d’assurance qui se charge des formalités de résiliation auprès de l’ancien assureur.

› Pour aller plus loin : Trois risques encourus par les conducteurs non assurés