Les bonnes questions à poser à votre assureur au moment de signer un contrat

03/07/2018
Les bonnes questions à poser à votre assureur au moment de signer un contrat

Le marché de l’assurance auto est très vaste et ses multiples offres sont parfois trop techniques et difficiles à évaluer… D’autant plus que les montants des cotisations ne suffisent pas à comparer les avantages et inconvénients de chaque proposition.

Avant de s’engager définitivement, différents éléments sont à prendre en considération : les modalités de calcul des indemnisations en cas de sinistre, l’étendue des exclusions de garantie et les services complémentaires offerts par les assureurs.

Comment sont indemnisés les sinistres auto ?

En cas d’accident ou autre sinistre couverts par une garantie dommage, différents calculs d’indemnisation existent selon les contrats. Ils peuvent être plus ou moins adaptés à votre situation :

  • la garantie de la valeur catalogue permet une indemnisation à hauteur du prix d’achat du véhicule. Si vous conduisez une voiture assez récente, mais dont la décote est importante dès la première année, vous avez peut-être intérêt à préférer ce calcul, quitte à payer plus cher une cotisation ;
  • la valeur de remplacement : votre véhicule sera indemnisé à la hauteur du prix d’occasion, pour une voiture de même type et dans un état semblable. Ce calcul est largement suffisant concernant les véhicules anciens ou à fort kilométrage.

Les éventuelles franchises sont également à prendre en considération : en cas de sinistre, une part des frais de réparation ou d’indemnisation restera à votre charge.

Simultanément, l’ acceptation de franchises fait automatiquement baisser le coût de l’assurance : elles s’avèrent donc très intéressantes pour les bons conducteurs.

Quelles sont les exclusions de garantie prévues au contrat ?

Chaque contrat d’assurance est assorti d’exclusions, c'est-à-dire les situations dans lesquelles les sinistres ne seront pas couverts.

Certaines exclusions sont prévues par la loi : sinistres survenus lors d’une conduite sans permis, sous alcoolémie ou stupéfiants, ou encore dans des conditions ne permettant pas la sécurité des passagers (non-port de la ceinture, non-respect du nombre maximal de passagers).

Mais d’autres exclusions « contractuelles » peuvent y être ajoutées, et varient largement d’un assureur à l’autre. Elles peuvent dégager la responsabilité de l’assureur en cas de prêt de véhicule, de vol sans effraction, de traction de caravane… Soyez donc très vigilant avant toute souscription ! En particulier si vous souhaitez recourir, suite à une résiliation, à une assurance spéciale pour conducteurs malussés. La meilleure option pour éviter les mauvaises surprises est de demander un devis détaillé à une compagnie bénéficiant d'une bonne réputation sur le marché.

Les services complémentaires ou d’assistance sont-ils utiles ou superflus ?

De façon optionnelle ou non, divers services d’assistance ou d’aide peuvent aussi être proposés par les assureurs auto : assistance dépannage, protection juridique, rapatriement des blessés…

Leur utilité dépend là encore de chaque cas particulier : à titre d’exemple, l’intérêt de souscrire une assistance dépannage va varier en fonction de la franchise kilométrique proposée. Une assistance au-delà de 30 km sera peu opportune pour le conducteur dont le périmètre de déplacement est très réduit…

Enfin, certaines polices prévoient une défense du permis de conduire, ainsi que le financement de stages de récupération de points: un atout particulier pour les conducteurs en difficultés.