Jeunes conducteurs : quels gages de sérieux donner à votre assureur ?

29/06/2018
Jeunes conducteurs : quels gages de sérieux donner à votre assureur ?

Conducteurs novices, vous êtes particulièrement confrontés à la surprime d’assurance auto : statistiquement, vous êtes plus exposés que les autres au risque d’accident du fait de votre faible expérience routière. Les 18-24 ans représentent en effet à eux seuls 20,5 % des blessés de la route, et 20 % des tués. Mais les difficultés d’accès à l’assurance auto jeunes conducteurs ne sont pas une fatalité, et certains arguments peuvent inciter les assureurs à vous accorder leur confiance : sachez rassurer en mettant en avant vos qualités de conducteur et en choisissant une auto adaptée. Et n'oubliez pas de négocier intelligemment.

Valorisez vos antécédents de conducteur méritant

L’obtention d’un permis de conduire dans le cadre de la conduite accompagnée constitue un avantage notable pour les jeunes conducteurs : arguant d’une expérience routière plus importante, ils peuvent prétendre à une réduction de 50 % de la surprime qui leur est applicable.

Certaines compagnies vont même jusqu’à l’annulation de toute surprime… notamment si aucun sinistre n’est survenu pendant la période d’apprentissage.

La conduite « supervisée » et la conduite « encadrée » ne donnent pas droit à ce privilège : elles gagnent toutefois à être mises en avant lors d’une demande de devis, et peuvent peser dans la négociation de la cotisation.

De la même manière, d’autres éléments peuvent constituer des atouts à valoriser auprès des assureurs : le suivi d’un stage de perfectionnement post-permis, ou encore la conduite préalable et sans sinistre d’un deux-roues.

Choisissez un véhicule qui respire la prudence

Les caractéristiques de la voiture sont elles aussi prises en considération dans le calcul d’une cotisation d’assurance auto, et notamment :

  • la puissance : les sinistres sont plus nombreux et surtout plus graves pour les conducteurs de voitures puissantes, dont la vitesse maximale est élevée. Elles constituent une invitation à la désinvolture et ne sont pas vues d’un bon œil par les assureurs, d’autant plus lorsque leur conducteur est novice ;
  • l’allure : l’aspect général du véhicule peut tirer à la hausse une cotisation d’assurance : voitures tendance sportive ou tuning sont donc à éviter, au bénéfice de modèles plus discrets et ne laissant pas présager de fanfaronnade au volant ;
  • l’ancienneté : un véhicule flambant neuf s’avère plus coûteux à assurer qu’une voiture d’occasion, notamment en cas de garantie tous risques. Cette règle logique est encore plus effective pour les jeunes conducteurs, au risque de sinistre plus élevé.

Positionnez-vous en client, et faites jouer vos avantages

Chercher à s’assurer, c’est aussi savoir négocier. Une première possibilité consiste à jouer la carte de la fidélité, par exemple en s’adressant à l’assureur de vos parents, ou en vous engageant à souscrire différentes garanties auprès de la même compagnie (auto, mais aussi assurance appartement, complémentaire santé…).

Une deuxième stratégie réside dans la mise en concurrence de plusieurs assureurs, sans oublier ceux s’adressant spécifiquement aux profils de conducteurs dits à risque, dont les jeunes conducteurs peuvent faire partie, au même titre que les malussés, résiliés non-paiement ou alcoolémie...