Excès de vitesse et infractions à l’étranger : quels sont les risques ?

04/07/2018
Excès de vitesse et infractions à l’étranger : quels sont les risques ?

Circuit de vacances ou déplacements professionnels, les trajets sur route étrangère supposent une bonne connaissance des réglementations et limitations de vitesse dans les pays traversés. En cas d'infraction, les sanctions peuvent être lourdes, d'autant que l'impunité supposée des conducteurs non-résidents est de plus en plus souvent mise à mal par les accords de coopération au niveau européen.

Des réglementations très différentes

Concernant la conduite en agglomération, une très grande majorité de pays dans le monde ont opté pour une restriction à 50 km/h. Une plus grande prudence est toutefois de mise dans certains pays qui fixent cette limite en dessous de 40 km/h : Albanie, Bangladesh, Chine, République dominicaine… Hors agglomération, sur l’équivalent des routes nationales françaises, la tendance générale est à la limitation comprise entre 60 et 80 km/h (Amérique latine, Québec, Afrique…). La législation française se révèle donc relativement permissive. Sur autoroute, c'est encore le cas : un grand nombre de pays imposent une limite inférieure à 120 km/h (dont certains pays européens comme le Portugal, l'Espagne, la Belgique, la Suisse ou le Royaume-Uni) ; un seuil qui peut même descendre beaucoup plus bas, comme pour la Norvège (90 km/h), la Finlande (100 km/h l'hiver et 120 km/h l'été), la Suède (110 km/h) ou le Pérou (100 km/h).

Avec ou sans caravane, un détail qui change tout

Autre particularité française : les limites de vitesse s’appliquant aux voitures de tourisme concernent aussi les véhicules tractant une caravane, lorsqu’ils ne dépassent pas 3,5 tonnes… Ce qui est loin d’être le cas partout, et notamment dans les autres pays membres de l’Union européenne !

En Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas ou encore en Espagne, ces attelages sont astreints à des vitesses inférieures de 10 à 30 km/h aux limites imposées aux voitures seules. L’Allemagne va même jusqu’à réduire ce seuil de 40 %, passant d’une recommandation de vitesse sur autoroute, de 130 km/h à seulement 80 pour les caravanes.

Les sanctions effectives de l’excès de vitesse à l’étranger

Les infractions commises par des automobilistes étrangers sont courantes, dans de nombreux pays du monde. C'est que l’impunité est souvent presque totale dans la mesure où les contrevenants, s’ils ne font pas l’objet d’une interpellation immédiate, ne sont pas poursuivis dans leur pays de résidence.

Cette faille est de moins en moins réelle en Europe : plusieurs États membres ont signé des accords de coopération permettant de poursuivre et de sanctionner les mauvais conducteurs sans s'arrêter aux frontières. Ces accords ont d’ailleurs généralisés à toute l’Europe fin 2013.

Dans tous les cas, dans l'hypothèse d'une interpellation directe, impossible d'échapper à la sanction… qui peut se révéler très lourde. Le paiement sur place d’une amende sous peine d’immobilisation du véhicule ou le versement d’une caution importante en cas d’implication dans un sinistre sont fréquemment de mise.

Enfin, sachez que la responsabilité d’un accident à l’étranger expose, tout comme en France, à l’application de malus ou au risque de résiliation d’assurance auto. Si cela se produit, pensez à assurer ensuite votre véhicule auprès d'une compagnie spécialisée dans les profils d'assurés résiliés.

À savoir : les infractions commises hors de l’Hexagone ne peuvent pas faire perdre de points français.

BON À SAVOIR

Vous avez été résilié à la suite d’un excès de vitesse ou parce que vous avez été mis en cause dans un accident lié à un stationnement dangereux ? Pour souscrire une assurance auto malussée au meilleur prix, rapprochez-vous d’une compagnie spécialisée.