10 conseils pour faire baisser le montant de sa prime d’assurance

04/07/2018
10 conseils pour faire baisser le montant de sa prime d’assurance

Le dernier trimestre de l'année est traditionnellement le moment où les tarifs pour l’année suivante sont annoncés. C’est notamment le cas pour les assurances auto, habitation et santé dont les cotisations devraient augmenter en 2018, après trois années d’une relative stagnation. Comment y échapper, et réaliser des économies sur ses dépenses d’assurance ? En réduisant les risques pris par votre assureur, en choisissant un contrat d'assurance adapté à vos besoins et en faisant jouer les avantages commerciaux et la concurrence, vous pouvez limiter les coûts !

Valoriser vos atouts de conducteurs et la sécurité de votre véhicule

La détermination du montant des primes d’assurance consiste en un calcul complexe, basé sur les risques pris par l’assureur pour vous couvrir : si les risques présentés sont faibles, la prime est moins chère. Il s’agit donc de montrer votre meilleur profil, et notamment :

  • en vous constituant un actif routier des plus méritants (peu ou pas de sinistres) : le taux de sinistralité, responsable ou non, représente en effet l'un des principaux critères d’estimation à la hausse de la prime d’assurance ;
  • en évitant d’accumuler les malus, qui se surajoutent à la prime de base ;
  • en préférant l’acquisition de véhicules fiables : les systèmes de sécurité contribuent à diminuer la gravité des sinistres et contribuent donc à alléger le coût de l'assurance. De même, les voitures à la puissance modérée sont souvent plus appréciées par les assureurs que les modèles à grosses cylindrées ;
  • en protégeant votre voiture, notamment en cas de souscription de garanties tous risques (garage fermé, alarme auto, zone d’habitation à faible taux de délinquance…).

Choisir un format d’assurance auto adapté à vos besoins réels

Des économies peuvent être réalisées en configurant de manière précise vos besoins en assurance. Plusieurs arbitrages sont à réaliser :

  • évaluer l’opportunité de la souscription de certaines options, qui peuvent être inutilement coûteuses (par exemple, l’assistance dépannage au-delà de 50 km, si vous n’effectuez que de courts trajets quotidiens) ;
  • opter stratégiquement pour un régime de franchise, qui vous engage à participer aux coûts de prise en charge d’éventuels sinistres. Le régime de franchise permet de faire baisser le montant des cotisations et présente un avantage financier pour les bons conducteurs ;
  • mesurer précisément votre kilométrage ordinaire chaque année, afin de mieux calibrer votre contrat ou privilégier une assurance au kilomètre.

Faire jouer les avantages commerciaux et la concurrence

Face à une offre de plus en plus importante, n’hésitez pas à confronter les différents produits existants avant toute souscription, et à tenter de négocier ! Trois recommandations :

  • comparez rigoureusement les devis de plusieurs assureurs : prix, mais aussi étendue des garanties, exclusions éventuelles, et montant des franchises ;
  • repérez les offres adaptées à votre « profil » de conducteur : de plus en plus de garanties s’adressent plus spécifiquement à certains types d’assurés, permettant par là même l’accès de tous à l’assurance auto (malussés, résiliés non paiement, résiliés alcoolémie…) ;
  • fidélisez-vous auprès d’un assureur, en lui souscrivant plusieurs garanties (auto, habitation…), afin de bénéficier d’avantages clients, notamment financiers.

Retrouvez votre liberté de conduire !